À propos de “moi” 😊, Christophe Gatineau, de Ver de terre & Cie

Un sol sans vers de terre est Ă  l’image d’une coquille vide ou d’un ocĂ©an sans poissons : il y a le contenant sans le contenu. Ce site traite du contenu, puisque notre futur dĂ©pend de l’avenir du ver de terre. Un point de vue qui ancre mes Ă©crits sur les sols, la biodiversitĂ©, l’agriculture, l’alimentation de demain, l’avenir des gĂ©nĂ©rations futures, etc.

đŸȘ±

Membre des Journalistes-Ă©crivains pour la Nature et l’Écologie, agronome spĂ©cialiste des vers de terre et des agricultures alternatives, permaculture et agroĂ©cologie, cultivateur et auteur du Jardinvivant.fr đŸȘą et de l’Actu du ver de terre, d’articles, de films et de livres, dont :

➖ Éloge du ver de terre (Flammarion, 2018) đŸȘą
➖ Éloge de l’abeille (Flammarion, 2019) đŸȘą
➖ Sauver le ver de terre (2020) đŸȘą
➖ La mĂ©thanisation, une Ă©nergie qui sent le gaz ! (2021) đŸȘą

 Â« Le Haut-Viennois Christophe Gatineau a une nouvelle fois reçu l’adhĂ©sion du grand public dans son combat pour rĂ©habiliter le ver de terre ; classĂ© deuxiĂšme sur les douze personnalitĂ©s du Limousin qui ont marquĂ© l’annĂ©e 2018. » La Montagne & Le Populaire du centre đŸȘą

parcours

Formé à la protection des cultures

Puis, vacher, berger, animateur environnement, photographe, chef opĂ©rateur et rĂ©alisateur de documentaires, j’ai grandi dans la rĂ©gion de Marennes OlĂ©ron, Ă  Saint-Agnant-les-marais, dans une ferme en polyculture Ă©levage, agro-sylvo-pastorale comme on dit aujourd’hui. Toute la nourriture pour les plantes, les animaux et la famille Ă©tait fabriquĂ©e sur place en recyclant l’ensemble de la matiĂšre organique, Ă  l’exemple des fumiers et des engrais verts. Autrement dit, on nourrissait les vers de terre et toute la vie des sols pour nous nourrir. Dans cet environnement, on grandissait forcĂ©ment les mains dans la terre, la plupart des travaux se faisant (justement) Ă  la main.

Je n’ai jamais cessĂ© d’étudier

Tous les jours, sans interruption, et encore aujourd’hui, pour tenter de comprendre quelles relations nous pouvons Ă©tablir avec la nature tout en la prĂ©servant ? Parce que j’ai vĂ©cu en direct son effritement : la fonte des sols nourriciers et l’industrialisation de l’agriculture, l’agriculture, ma passion, le socle familial depuis plus de 500 ans.

En 2014, création du blog Le Jardin vivant

TrĂšs rapidement le million de page vues est atteint. J’y suis cash et sans dĂ©tour, usant de l’humour, mĂȘme si le milieu en manque cruellement 😒Pas d’idĂ©ologie, juste les faits, du concret, tout le monde passe Ă  la moulinette, moi le premier 😁 La mĂȘme annĂ©e, je publiais : Aux sources de l’agriculture, la permaculture.

Sur ce terreau, se nourrissent mes mots

Pour ancrer mes Ă©crits au plus prĂšs des sols et du rĂ©el, j’ai supprimĂ© tous les outils motorisĂ©s en dehors d’une dĂ©broussailleuse et d’une motofaucheuse. Donc, toute erreur est durement sanctionnĂ©e, ce qui m’oblige Ă  rĂ©flĂ©chir sans cesse pour Ă©conomiser l’Ă©nergie musculaire. Tous les jours, je suis en contact avec la biodiversitĂ© sauvage, tous les jours, j’observe, note, ajuste, expĂ©rimente…

2016, le virage

Je le dois Ă  un gros ver de terre qui tenait dans son bec un minuscule brin d’herbe ! L’avait-il trouvĂ© sur le sol ou coupĂ©, je ne saurais dire ? BĂȘtement, j’ai voulu lui prendre, mais quand j’ai tirĂ©, il a tirĂ© de son cĂŽtĂ© ! Moment aussi fugace qu’intense, nous qui vivons dans des mondes hermĂ©tiques avec cette impossibilitĂ© Ă  communiquer vu l’incompatibilitĂ© de nos systĂšmes sensoriels.

Depuis, j’écris pour dĂ©fendre leur cause

Cette mĂȘme annĂ©e, je publie : Il faut protĂ©ger le ver de terre. Plus de 100 000 lecteurs en quelques jours. L’annĂ©e suivante, Flammarion me propose d’écrire : l’Éloge du ver de terre. Gros succĂšs, le ver de terre est dans tous les mĂ©dias đŸȘą, le ministĂšre de l’Écologie nous finance, Sauver le ver de terre.

1 rĂ©flexion sur “À propos de “moi” 😊, Christophe Gatineau, de Ver de terre & Cie”

  1. Bonjour,

    Afin d’ĂȘtre sĂ»r de ne pas louper un Ă©pisode ou perdre votre site, il faudrait pouvoir le mettre en icĂŽne sur le bureau, pour le retrouver facilement…

    TrĂšs cordialement

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *